Le bio: logique?

17 de Julho de 2018 | Setores de actividade no Luxemburgo | Emilie di Vincenzo

Métier de vendeur bio: quel quotidien et quelles perspectives?

Alors même que les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la qualité et à l’origine des produits alimentaires qu’ils achètent, les magasins bio connaissent un engouement toujours plus important.

Comment alors se lancer en tant que vendeur dans ce type de boutique? Quelles sont les compétences requises et quelles perspectives offre ce métier?

Les commerçants réagissent, puisque les boutiques dans lesquelles on trouve des aliments ou produits de la vie quotidienne respectant les règles du «bio» se développent à grande vitesse.

Les magasins bio, de plus en plus présents en ville

Scandales alimentaires, volonté de renouer avec un mode de vie plus sain, recherche de fruits et légumes de meilleure qualité: les motivations qui animent les consommateurs de produits biologiques sont variées. Devant tous les arguments du bio, les clients convaincus sont de plus en plus nombreux. Forcément, face à cet engouement récent, les commerçants réagissent, puisque les boutiques dans lesquelles on trouve des aliments ou produits de la vie quotidienne respectant les règles du «bio» se développent à grande vitesse.

On devient vendeur bio avant tout par passion: pour être efficace et avoir un discours pertinent sur les produits, il faut être certain de leur bien-fondé. En parallèle, les personnes qui se lancent dans ce métier doivent avoir des capacités de gestion, une bonne condition physique, mais aussi un goût pour le contact. De plus, il faut être apte à respecter toutes les règles d’hygiène propres à une boutique alimentaire, qui sont extrêmement strictes.

On devient vendeur bio avant tout par passion: pour être efficace et avoir un discours pertinent sur les produits, il faut être certain de leur bien-fondé.

Ce métier peut être valorisant, car il permet d’exercer dans un secteur moins «industrialisé» que la grande distribution, par exemple. Toutefois, pour parvenir à se construire une clientèle, il faut être en mesure d’adapter son offre à la demande et de montrer sa crédibilité aux clients.

Quel parcours avant de devenir vendeur bio?

Théoriquement, pour occuper un poste de vendeur bio, l’obtention d’un Diplôme d’Aptitude Professionnelle (DAP) est requise. De plus, en ouvrant son propre magasin, on conseille de poursuivre vers un Brevet de Maîtrise, sachant que la création de sa propre entreprise implique des démarches administratives complexes: il faut pouvoir justifier ses compétences au Grand-Duché dans l’optique de se voir délivrer une autorisation d’établissement.

Que l’on soit encore dans l’univers scolaire ou que l’on se positionne dans le cadre de la formation continue, de nombreux établissements proposent d’apprendre les fondamentaux des techniques de vente. Toutefois, dans le bio, il faut savoir que les qualifications propres à l’univers du commerce ne sont pas les seules nécessaires. En effet, on préconise aussi de se familiariser avec l’univers des producteurs bio et tous les enjeux de cette alimentation. Idéalement, le vendeur bio est une personne avertie dans son univers, capable de répondre à des questions assez pointues sur ses producteurs, les méthodes utilisées ou encore les atouts d’un aliment qui n’a pas été traité avec des substances chimiques.

Les perspectives dans l’univers du bio

Dans le contexte actuel, la vente de produits biologiques est amenée à progresser. Toutefois, il faut garder à l’esprit que le marché est en pleine mutation: face aux petites boutiques de quartier, on trouve désormais les supermarchés et hypermarchés, qui agrandissent jour après jour leurs rayons bio. Face à cette concurrence, les vendeurs bio indépendants doivent innover et fidéliser leur clientèle afin de conserver leur influence. De nombreux produits biologiques sont aujourd’hui vendus en grandes surfaces: le manque à gagner pour les vendeurs bio est bel et bien présent.

Face à cette tendance, on observe aussi que la vente directe et les ventes en magasins spécialisés bio progressent beaucoup plus vite, ce qui offre de belles chances de développement aux professionnels qui s’implantent sur ce secteur. On comprend assez facilement que le marché du bio a plusieurs facettes: pour rester influents, les petits magasins doivent prouver leur valeur ajoutée, insister sur la proximité avec les producteurs et les circuits courts, communiquer autour de la rémunération plus juste de ces mêmes producteurs et donner une image plus humaine que celle des supermarchés.

“On notera, enfin, que le simple label bio n’est plus la seule priorité, et les vendeurs doivent en prendre conscience: réduire les emballages, se focaliser sur les produits de saison, favoriser le commerce équitable ou s’intéresser à la culture «vegan» qui explose sont autant d’initiatives qui peuvent être profitables.”

ofertas de emprego correspondentes
todas as ofertas de emprego correspondentes
artigos correspondentes