L'artisanat n'est pas assez soutenu

2 de Julho de 2018 | Setores de actividade no Luxemburgo |

Peu de moyens sont alloués, alors que les possibilités de carrière sont grandes

Comme le secteur de la construction précédemment abordé, le monde de l'artisanat souffre d'un déficit de notoriété fort dommageable. Force créatrice et innovante, l'artisanat a pourtant mille et un savoir-faire à perpétuer et offre un panel de métiers en constante évolution.

Christian Reuter, secrétaire général adjoint de la Fédération des artisans, s'est entretenu avec nous sur ce sujet. L'artisanat au Luxembourg, c'est 2.500 à 3.000 créations de postes supplémentaires tous les ans. Néanmoins, il est difficile de recruter des salariés qualifiés autres que frontaliers ou résidents étrangers au Luxembourg. La formation professionnelle initiale au Grand-Duché est une nouvelle fois pointée du doigt puisque «le parent pauvre» de l'enseignement. Peu de moyens lui sont alloués et un déficit d'image récurrent – tant auprès de la société que des jeunes qui pourraient y faire une belle carrière – achève de plomber le secteur.

“On oriente les jeunes vers l'artisanat parce qu'ils sont en échec dans la filière générale au lieu de valoriser les enseignements professionnels pour leurs qualités à part entière.”

Christian Reuter

L'exemple de l'Allemagne serait à méditer. Il n'y est pas discriminant de suivre un enseignement professionnel et il est fréquent de rencontrer des étudiants de niveau bachelor choisissant de se perfectionner en filière professionnelle. Or c'est un point essentiel à travailler puisque, comme le déclare encore Christian Reuter, dès qu'une entreprise fonctionne bien et prend de l'essor, il faut de plus en plus de gens qualifiés à hautement qualifiés.

Au Grand-Duché,

un travail de valorisation reste donc à entreprendre: les jeunes orientés en filière professionnelle, non valorisés dans leur choix ou poussés là faute de réussite en milieu classique, ne réussissent pas à atteindre le niveau de motivation re- quis pour devenir professionnellement compétents.

La Fédération des artisans

a donc décidé de se pencher sur le problème en créant des centres de compétences en Génie technique et parachèvement. Comme le souligne le professeur Marc Ant, administrateur délégué pour les centres de compétences Génie technique et parachèvement, depuis le 1er janvier 2016, ces centres organisent, en collaboration avec des partenaires de la formation et de l’industrie, des mesures de formation variées pour déjà une quarantaine de métiers. Ces formations sont structurées selon le cadre luxembourgeois des qualifications et basées sur des analyses approfondies quant aux compétences nécessaires au développement des entreprises et de leurs salariés.

Le projet «Hands Up»,

sous l'égide de la Chambre des métiers, s'est lancé l'ambition de renseigner sur la diversité et la richesse des métiers de l'artisanat, des plus connus aux plus pointus, par le biais de témoignages, vidéos et jeux. Rappelons que l'artisanat, ce n'est pas moins de 150 métiers. Si l'on est passionné, il y a moyen de faire de belles carrières et même de se mettre à son propre compte.

“Faites une carrière dans la banque, il y a peu de chances que vous ouvriez un jour la vôtre”

Christian Reuter

Dans les métiers de l'artisanat, il est permis de rêver à sa propre entreprise et d'imaginer, dans un monde polymorphe, de nouvelles façons d'innover, communiquer et vendre. Jeunes d'aujourd'hui, vous pourrez réinventer votre profession demain!

ofertas de emprego correspondentes
todas as ofertas de emprego correspondentes
artigos correspondentes