Bon pied bon oeil

24 de Julho de 2018 | Setores de actividade no Luxemburgo | Bettina Opretzka

Un travail passionnant et complexe avec des patients de tous les âges

Une visite chez l’ophtalmologue devrait être régulièrement au programme pour toutes les catégories d’âges et toutes les catégories sociales, et cela ne vaut pas seulement pour les défauts de vision déjà diagnostiqués ou les dommages existants à la cavité orbitale, les troubles des muscles oculaires, les maladies de la paupière ou de la glande lacrymale.

Même une personne qui a la chance de posséder une bonne acuité visuelle peut présenter des problèmes de santé oculaire non décelés, qui peuvent uniquement être diagnostiqués à l’aide d’un examen complet, appelé dépistage. Une visite ponctuelle – et régulière – chez l’ophtalmologue peut vous permettre de prévenir des suites tragiques telles que l’amblyopie, le strabisme, l’asthénie ou même la perte de la vision.

Étudier à l’étranger

Avant de pouvoir s’installer au Luxembourg en tant que médecin spécialisé en ophtalmologie, plusieurs années d’études à l’étranger sont nécessaires, puisque le parcours universitaire correspondant n’est malheureusement pas proposé dans le Grand-Duché. Dans un premier temps, il convient de suivre des études de médecine classiques avant de poursuivre une formation permettant de devenir médecin spécialisé. Le tout dure en général cinq ans et se déroule dans des cliniques universitaires ou dans des hôpitaux publics, et parfois même chez un médecin déjà établi.

L’ophtalmologue en devenir apprend alors diverses méthodes d’analyse et de traitement permettant de diagnostiquer d’éventuelles modifications anatomiques et fonctionnelles de l’organe visuel. Le programme d’études comprend en outre les principes fondamentaux de la prévention, de la réhabilitation, de l’optique ophtalmique ainsi que des opérations plastiques reconstructrices. Enfin, des spécialisations en chirurgie laser, en analyses laboratoire ou en chirurgie des muscles oculaires sont envisageables. L’ophtalmologie est une spécialité diversifiée qui recoupe la neurologie et la médecine interne. Sa complexité exige de l’intelligence, de la minutie, de la patience et de la ténacité ainsi qu’un grand intérêt pour les patients et leurs besoins – et ce, non seulement pendant le cursus universitaire, mais également pendant les formations professionnelles ultérieures.

Afin d’obtenir une autorisation d’exercer cette profession au Luxembourg, tous les diplômes obtenus à l’étranger doivent être présentés auprès du Ministère de la Santé, à condition qu’ils remplissent les exigences locales. Après vérification, ce dernier approuve ou refuse la licence professionnelle en se fondant sur la décision établie par le Collège Médical. Il convient toutefois de noter qu’une taxe d’immatriculation, dont le montant dépend des qualifications et du titre souhaité par le dépositaire de la demande, doit au préalable être versée. Toute personne qui souhaite porter son titre de docteur doit déposer une demande correspondante auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

L’ophtalmologue en devenir apprend alors diverses méthodes d’analyse et de traitement permettant de diagnostiquer d’éventuelles modifications anatomiques et fonctionnelles de l’organe visuel.

Profession indépendante

Le rapport sur la démographie médicale au Luxembourg publié en 2011 par le Ministère de la Santé mentionnait d’ores et déjà que de moins en moins d’ophtalmologues sont embauchés dans les hôpitaux luxembourgeois : la majorité des 80 spécialistes en ophtalmologie établis dans le Grand-Duché travaillent dans des cabinets privés. S’ajoutent à cela quelques ophtalmologues étrangers, qui font seulement un usage partiel ou sporadique de leur autorisation locale.

La densité d’ophtalmologues au Luxembourg est relativement élevée par rapport à la moyenne européenne, de sorte que les patients bénéficient de temps d’attente significativement plus réduits lors de la prise de rendez-vous qu’en France, en Allemagne ou en Belgique par exemple. De nombreux frontaliers profitent de cette situation et préfèrent donc se faire soigner ici plutôt que d’attendre un rendez-vous pendant plusieurs mois dans leur pays de résidence.

La liste ci-dessous met en évidence la diversité des domaines sur lesquels un ophtalmologue se penche dans le cadre de ses fonctions, ainsi que la multiplicité et la diversité d’âge de ses patients :

Les bébés et les jeunes enfants devraient être présentés à l’ophtalmologue lorsque leurs parents ont constaté des anomalies au niveau de leurs yeux, des modifications au niveau de la paupière, des nystagmus ou des déviations de l’axe optique (strabisme). Les enfants plus âgés auront peut-être des difficultés à lire ou à recopier au tableau. Le dépistage des problèmes de vue à l’aide d’examens oculaires spécifiques compte parmi les missions de l’ophtalmologue, de même que leur traitement avec empathie et patience.

La myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme sont les problèmes de vue les plus courants. De plus en plus de personnes, de plus en plus jeunes, sont concernées par ces problèmes, non seulement à cause de l’utilisation des smartphones et des tablettes mais également du travail sur écran quotidien de nombreux employés. Les contrôles réguliers, qui devraient de préférence avoir lieu tous les six mois jusqu’à 21 ans, constituent une grande partie du travail d’un ophtalmologue.

À partir de 40 ans, la presbytie peut faire son apparition, et la sensibilité à l’éblouissement augmente. La catégorie d’âge susmentionnée est également plus vulnérable aux maladies oculaires, qui entraînent une perte des fibres nerveuses (glaucome) ou l’opacification du cristallin, que l’on appelle la cataracte. Tandis que les problèmes oculaires relativement classiques peuvent être corrigés à l’aide de lunettes ou de lentilles de contact, une opération est nécessaire pour remédier à la cataracte. En ce qui concerne la détection et le traitement du glaucome, il est nécessaire de faire appel à des méthodes plus étendues : du premier examen préventif du glaucome à l’établissement d’un taux de pression oculaire, en passant par la détermination de l’acuité visuelle, l’examen microscopique de l’œil, la mesure de la pression intraoculaire et l’analyse du fond d’œil. Les traitements du glaucome sont médicamenteux ou opératoires, et il convient de rappeler une fois de plus que le dépistage est la première étape – et l’étape la plus importante – pour conserver son acuité visuelle.

Environ 80 pour cent des diabétiques souffrent de la maladie rétinienne diabétique conditionnée par le Diabetes mellitus. Les ophtalmologistes spécialisés en chirurgie de la rétine proposent à leurs patients des méthodes de traitement adaptées à chacun en collaboration avec les autres médecins (médecins de famille, pédiatres, internistes, etc.). Dès les premières lésions de la rétine, la photocoagulation laser (thérapie laser) se révèle très efficace.

Enfin, les sportifs se rendent fréquemment chez leur ophtalmologue. Ce dernier soigne les sportifs malvoyants, détecte une éventuelle inaptitude au sport, les conseille dans le choix de lunettes de sport ou de lentilles de contact et traite les blessures et les contusions dues au sport.

ofertas de emprego correspondentes
todas as ofertas de emprego correspondentes
artigos correspondentes