Les beaux épis font les belles récoltes

August 30, 2018 | Wirtschaftsbranchen a Lëtzebuerg | Emilie di Vincenzo

Agriculteur: métier passion et polyvalent

S’il n’est plus réservé aux seuls fils ou filles d’exploitants, le métier d’agriculteur conserve ses spécificités: il faut aimer la nature et accepter des horaires de travail irréguliers.

Cependant, au XXIe siècle, l’agriculteur doit aussi être à l’aise dans le domaine comptable et juridique et s’avérer un technicien au fait avec les procédés modernes de culture et d’élevage.

Si le secteur agricole ne représente qu’une infime partie de l’emploi au Grand-Duché (moins de 1 %), le métier d’agriculteur n’a jamais été aussi précieux. Non seulement il contribue au premier chef à cultiver et élever ce qui constitue la base de note alimentation, mais dans un paysage où ses terres constituent plus de la moitié de la superficie du territoire, l’agriculteur joue un rôle de premier plan dans la préservation des équilibres naturels.

Il contribue à cultiver et élever ce qui constitue la base de note alimentation.

Sur le plan économique, le secteur continue d’évoluer. Les exploitations sont moins nombreuses, mais plus vastes, plus spécialisées, et la part des salariés y est grandissante (la main-d’œuvre non familiale a quasiment doublé en 30 ans). En progression sur le long terme, le revenu des agriculteurs demeure cependant fluctuant et dépendant des cours des marchés internationaux. Par définition non-salariés, autrement dit assimilés indépendants, les chefs d’exploitations propriétaires de leurs terres, cheptel et parc machines peuvent ainsi accuser des reculs ponctuels notables. En 2016, on estimait lors de la crise du lait que le revenu horaire des producteurs dans ce secteur était de l’ordre de onze euros. Pour les salariés, les techniciens peuvent prétendre en début de carrière à des salaires mensuels d’environ 2.000 euros.

Qu’ils soient ou non fils ou filles d’agriculteurs, les professionnels du secteur sont amenés à posséder plusieurs cordes à leur arc: outre la culture et l’élevage proprement dits, il leur faut posséder des connaissances comptables, informatiques, juridiques, voire mécaniques (entretien des machines). Amené à travailler souvent en plein air et à composer avec des horaires irréguliers, l’agriculteur est désormais diplômé.

Formations et diplômes

Les formations sont dispensées par le Lycée technique agricole d’Ettelbruck, seul établissement au Luxembourg à offrir des formations dans les domaines de l’agriculture, de l’horticulture, de l’environnement naturel et de la mécanique agricole.

Le diplôme se prépare après la classe de neuvième, et la scolarité, longue de trois années, alterne cours dispensés au lycée technique et stages en entreprises (exploitations). Le contenu de la formation permet in fine de maîtriser les techniques relatives à l’exploitation de la terre et des cultures.

Le diplômé est en outre formé à la manipulation et à l’entretien de machines et installations techniques de l’exploitation. Il possède aussi des notions de comptabilité. Les débouchés permettent de s’établir comme agriculteur indépendant ou d’être recruté comme salarié d’exploitation.

Des cursus sont également possibles pour préparer le diplôme de technicien agricole (secteur environnement naturel = gestion des terres) et technicien agricole (section horticulture).

Technicien agricole

Le diplôme se prépare après la classe de neuvième sous réserve cependant de posséder un niveau minimum en sciences naturelles. La durée de la formation est de quatre ans.

Au terme de la scolarité, le diplômé possède une vraie maîtrise de la planification de productions animales et végétales, de la surveillance et de l’amélioration de la production, du stockage et de la conservation des produits, du contrôle et de l’analyse des sols et des produits.

Les titulaires du diplôme peuvent devenir chefs d’exploitation (indépendant ou salarié), cadres de société ou laboratoire de biologie animale ou végétale, de coopérative, d'entreprise du secteur agroalimentaire.

Des cursus sont également possibles pour préparer le diplôme de technicien agricole (secteur environnement naturel = gestion des terres) et technicien agricole (section horticulture).

Ingénieur en agronomie: certains cursus peuvent conduire au métier d’ingénieur agronome (ou forestier) et/ou de haut fonctionnaire dans le domaine agricole. Formation initiale en université puis suite des études à l’étranger. Spécialisé en biologie, quand il n’est pas chercheur ou enseignant, il peut être consultant dans une entreprise du secteur agroalimentaire ou vétérinaire.

passend Aarbechtsplazen
all passend Aarbechtsplazen
passend Artikelen