Le Grand-Duché se construit

3 avril 2018 | Secteurs économiques au Luxembourg | Alix Bellac

Economiquement parlant, que l'on entende constructions résidentielles ou non résidentielles, le marché luxembourgeois se porte très bien.

La crise de 2008 n'a pas impacté le secteur puisque le gouvernement a, à l'époque, fait avancer la réalisation de certains chantiers afin de tempérer la baisse momentanée des commandes dans le bâtiment.

Selon le STATEC (Institut national de la statistique et des études économiques), tous secteurs confondus, l'emploi salarié a augmenté de 0,7 % au troisième trimestre 2016 et 40.000 personnes travaillent dans la construction, toutes qualifications confondues allant du gros œuvre aux métiers qui relèvent de techniques plus spécifiques telles que l'électricité ou la chauffagerie en passant par les couvreurs et autres ferblantiers. En outre, moultes entreprises industrielles ont des activités étroitement liées au bâtiment.

Construction résidentielle

Le secteur, très dynamique et qui emploie beaucoup, souffre néanmoins d'une pénurie de main-d'œuvre qualifiée. Comme le soulignent les acteurs du secteur, l'opinion publique doit revoir son image afin que les jeunes envisagent d'un œil neuf les activités liées au milieu de la construction.

“Ce sont de nobles métiers, nous touchons à l'artisanat et il est à déplorer le manque d'engouement et le déficit d'image de ces professions”

Jean-Luc de Mateis

Néanmoins, tous les espoirs sont permis si les entreprises, regroupant le secteur de la construction et désirant attirer de nouvelles forces vives, repensent le métier ainsi que les conventions collectives afin d'offrir de meilleures conditions de travail et avantages sociaux.

Concernant la partie enseignement, on souligne de bonnes connaissances générales, mais un manque de technicité des machines, du fait d'un système scolaire peu adapté aux exigences spécifiques de certaines entreprises. Néanmoins, un effort est en marche au niveau de la formation professionnelle. Outre l'IFSB (Institut de formation sectoriel du bâtiment) qui existe depuis douze ans dans la commune de Bettembourg, 2 CDC (centres de compétences) viennent de voir le jour au Grand-Duché.

Subventionnés à 0,5 % par la masse salariale annuelle des entreprises, ces centres «nouvelle génération» ont été pensés pour répondre aux besoins exprimés par travailleurs et employés dans le cadre d'une logique de développement économique et social. Lieux de formation offrant nouvelles technologies et savoir-faire, ce sont des espaces dédiés à la formation du génie technique du bâtiment et du parachèvement.

Cette nouvelle culture technologique au service du secteur de la construction doit pouvoir aider tous les acteurs du domaine. Qu'ils soient travailleurs, demandeurs d'emploi, chefs d'entreprises mais aussi et surtout, jeunes en quête d'orientation et/ou attirés par ce secteur qui ne connaît pas la crise, mais nécessite tout de même de faire peau neuve. «Pour une prospérité individuelle et collective».

offres d’emploi correspondants
tous les offres d’emploi correspondants
articles correspondats