Interdits lors de l’entretien d’embauche

27 août 2018 | Entretien d'embauche | Nathalie Burg

Les questions que les recruteurs ne devraient pas poser

Bien que le législateur prévoie clairement que les questions posées durant l’entretien d’embauche doivent uniquement servir à évaluer les compétences et les aptitudes professionnelles du candidat, certains recruteurs, lors de leur recherche de nouveaux collaborateurs, n’hésitent pas à poser des questions parfois trop personnelles au candidat/à la candidate.

Les « no go » absolus pendant l’entretien comprennent notamment les questions concernant :

L’état de santé

Interroger quelqu’un au sujet de sa constitution physique pendant un entretien d’embauche est non seulement illégal, mais également discriminant. Seul un certificat médical indiquant si le candidat est apte au travail peut être exigé.

La situation familiale / les origines / l’orientation sexuelle

Le fait d’être marié(e), divorcé(e) ou célibataire, ainsi que l’orientation sexuelle et les origines familiales du candidat/de la candidate sont des informations qui ne contribuent pas à déterminer les aptitudes professionnelles d’un candidat et ne doivent par conséquent pas être dévoilées.

Les croyances/les opinions politiques

Une fois encore, il s’agit d’informations personnelles qui ne doivent pas être prises en compte par l’employeur lors de sa prise de décision.

Que faire lorsque le recruteur pose telle ou telle question indiscrète au candidat ?

Il n’est bien sûr pas évident de refuser de lui fournir une réponse. Cependant, il est possible d’attirer poliment son attention sur le fait que cette information ne fournit aucun renseignement sur ses propres compétences professionnelles. Si vous avez cependant le sentiment d’être discriminé(e) pendant un entretien d’embauche, vous pouvez en informer l’inspection du travail.

offres d’emploi correspondants
tous les offres d’emploi correspondants
articles correspondats