Les métiers des activités culturelles

Culturellement vôtre

Les métiers des activités culturelles ne sont pas, à proprement parler, des professions culturelles

PAR ALIX BELLAC

Les métiers de la culture, que l’on distingue en professions culturelles et activités culturelles, sont des entités créatives pourvoyeuses d’emploi et en constante évolution au Grand-Duché.

Le ministère de la Culture au Luxembourg le souligne sur son site, la culture est une base essentielle à une société démocratique et ouverte puisque socle et vecteur de connaissances et d'enrichissement.

En matière d'emplois, même si la variété de formations incluses dans ce domaine se font plutôt en France, Allemagne ou Belgique, Olivier Thunus du Statec (Institut national de la statistique et des études économiques du Grand-Duché de Luxembourg) le rappelle: «On peut faire toute une carrière dans la culture». Et très possiblement au Luxembourg.

Secteur polymorphe et en constante évolution, jouissant de nombreuses passerelles entre l'une ou l'autre activité, le niveau moyen d'études s’y situe à BAC+2 et plus, chiffre en cela expliqué par les études relativement poussées dans le milieu de la traduction, secteur inclus dans les professions culturelles et fortement représenté au Luxembourg. En effet, le pays se démarque en cela de ses confrères européens par la présence des institutions européennes mais également de tous les métiers liés à l'industrie du film et qui forment l’ADN particulier de notre pays.

Nonobstant, il paraît important, comme le souligne Olivier Thunus de scinder en deux catégories distinctes les métiers liés au secteur. Pour ce faire, le Statec a porté ses recherches sur l'emploi en se basant sur les recommandations d’Eurostat qui, dans un désir d'harmonisation européenne, définit le positionnement d'un métier, soit en activité culturelle, soit en profession culturelle. Ces deux appellations se recoupent mais sont néanmoins différentes!

Il est d’ailleurs à noter que les métiers des activités culturelles ne sont pas, à proprement parler, des professions culturelles mais soutiennent le secteur de la culture. Parmi la variété de métiers répertoriés en professions culturelles, des carrières de technicien de galeries, de musées et de bibliothèques, journaliste, auteur et écrivain, photographe, architecte, décorateur d’intérieur, artiste plasticien, joaillier (voir aussi la fiche de métier: bijoutier- joailler) mais aussi... souffleur de verre, vous tendent les bras.

Concernant les activités culturelles, pourquoi ne pas envisager une carrière de designer graphique, gestionnaire de bibliothèques ou de musées, régisseur(se) de salles de spectacles, activités d’architecture? Une liste non exhaustive qui démontre qu’entre les deux appellations, la frontière est décidément ténue.

Quoi qu’il en soit, les métiers du monde culturel – grâce à la volonté et aux efforts mis en place en ce sens au Grand-Duché – y font vivre un nombre croissant de personnes.

Fortes de cette dynamique, les JEMA – journées européennes des métiers d'art – rassemblent les professionnels des métiers d'art autour de l’objectif précis de valoriser la diversité de ces métiers et les connexions qu'elles génèrent ou induisent.

Dans l’idée de valorisation pérenne de ce vivier, Max Theis, conseiller de gouvernement au ministère de la Culture, rappelle que même si un syndicat regroupant toutes les corporations du secteur n’existe pas, les Assises culturelles (qui se sont tenues en 2016, les 1er et 2 juillet) permettent de faire le point et d’entendre doléances et requêtes de chaque secteur du monde culturel. Max Theis précise également l’existence des «Ateliers du jeudi» qui réunissent les acteurs de la scène culturelle autour de thèmes tels que la culture luxembourgeoise, son rayonnement hors frontières etc.

Même si le Luxembourg n’offre pas la possibilité d’acquérir tout le savoir-faire en son sein, il est permis d’y exercer un nombre très important de métiers liés au monde culturel. Grâce aux diverses mesures prises ici et là pour la valorisation de l’art et la culture au Luxembourg, cette tendance n'est vraisemblablement pas prête de s'inverser.

Les points d'information

Maison de l’orientation:
55, bd Grande-Duchesse Charlotte, 1330 Luxembourg, tél. 800 281 81,
Centre information jeunes:
87, route de Thionville, 2611 Luxembourg 26 293 200, info@cij.lu,
ADEM / Centre de psychologie et d’orientation scolaires (CPOS):
tél. 247 85 480, info.op@adem.public.lu,
les journées européennes des métiers de l'art:
www.journeesdesmetiersdart.fr
/